World of Reptiles

World of Reptiles


 
AccueilS'enregistrerConnexion
Facebook
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» La Bourse des Crocos à Gargenville
par l'oeil du croco Mar 20 Sep - 20:06

» aide pour contacter site
par jéjé Sam 24 Jan - 10:14

» Pogona Vitticeps
par terrassin Ven 26 Déc - 10:47

» 2ème bourse reptiles et arthropodes de Pacy
par l'oeil du croco Sam 18 Oct - 13:11

» forum reptiles
par terrassin Lun 23 Juin - 18:50

» Lampropeltis PYROMELANA
par terrassin Lun 23 Juin - 18:36

» LAMPROPELTIS PYROMELANA
par terrassin Mer 4 Juin - 11:38

» Reptil'Eure
par l'oeil du croco Ven 16 Mai - 16:37

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Sujets les plus actifs
L' horloge pour tout et rien dire ....
Récupération de photos en vue de la création d'une vidéo
tout sur la coupe du monde de rugby(rugby world cup 2011 )
vos future projet
jeux qui suis je ?
Ca vaut le detour !!!!!!!
mes reptiles
liste des venimeux dont je faire la demande de capa
Mon élevage d'animaux débiles^^ Petite nouvelle page 3
pour qu on est la video d'atheris !!!
Statistiques
Nous avons 80 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Romain__Loup

Nos membres ont posté un total de 4359 messages dans 588 sujets
Nos partenaires
Annuaire pour site Internet



Annuaire Vente directe Sites de France ma fiche Annuaire1er. Annuaire Graphisme referencement Point de vente cigarette électronique près de chez vous.
Sujets similaires
  • » Les morsures de serpents
  • » Lucky et Puce malade, traitement
  • » Hécatombe après traitement au gyrotox
  • » traitement osmotique
  • » Traitement des souches
  • » traitement préventif
  • » Constipation....traitement adapté ???
  • » TRAITEMENT D''UNE EAU VERTE
  • » traitement au parasitop
  • » nom exact du traitement antiparasitaire

  • Partagez | 
     

     traitement des morsures

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
    AuteurMessage
    benji63
    Fondateur
    Fondateur


    Masculin Messages : 712
    Date d'inscription : 16/06/2011
    Age : 44
    Localisation : france

    MessageSujet: traitement des morsures   Dim 13 Nov - 16:10

    TRAITEMENT DES MORSURES
    Accidents fréquents, les morsures de serpents sont généralement gérées dans la plus grande confusion. De nombreuses morsures ne sont pas suivies d'envenimations fatales et il importe de rassurer la victime. Certaines légendes doivent être définitivement détruites. Le mythe du serpent minute et celui du serpent toujours mortel ont la vie dure. L'injection de venin n'est jamais inéluctable. Si, en cas d'envenimation, la létalité varie selon les espèces entre 1 et 30 % en l'absence de traitement, encore faut-il préciser que plus de la moitié des morsures de serpents ne sont suivies d'aucune envenimation. En outre, le délai entre l'injection du venin et le décès, si celui-ci survient, est compris entre 3 et 8 heures pour les envenimations cobraïques et 12 heures à 6 jours pour les vipérines. Quant aux traitements historiques (cautérisation, amputation, débridement, succion, garrot), plus dangereux qu'efficaces, il convient de les laisser définitivement au rayon des romans d'aventure.


    Traitements symptomatiques et réanimation


    Si la sérothérapie a fait la preuve de son efficacité, elle n'exclut pas l'utilisation de traitements symptomatiques parfois vigoureux.
    Paralysie respiratoire
    Elle est le résultat d'une envenimation cobraïque sévère et impose une ventilation assistée. Celle-ci devra être maintenue tant que la respiration spontanée n'a pas repris, ce qui peut demander plusieurs jours, voire plusieurs semaines (Campbell, 1964 ; Visser & Chapman, 1982). La trachéotomie doit être évitée autant que possible.
    Certains auteurs administrent de la néostigmine qui semble potentialiser l'action du sérum antivenimeux. L'atropine s'est révélée expérimentalement très efficace contre le venin de mamba (Lee et al., 1982).

    Syndromes hémorragiques

    Suite fréquente d'une envenimation vipérine systémique, ils relèvent d'une réanimation impossible à codifier. L'apport de sang frais ou de fractions sanguines, outre l'énorme difficulté de s'en procurer en région tropicale, semble avoir fait la preuve de son inutilité. La consommation des facteurs ainsi mis en circulation est immédiate. Toutefois, certains auteurs estiment que cela peut laisser le temps au sérum antivenimeux de fixer et d'éliminer les enzymes thrombiniques (Kornalik & Vorlova, 1990). L'héparine ne paraît pas avoir sa place dans le traitement de l'envenimation vipérine en Afrique. Les enzymes thrombiniques des Viperidae africains ne sont pas sensibles à son action et bien peu de leurs venins possèdent des activateurs de la phase précoce de la coagulation sur lesquels l'héparinothérapie pourrait présenter un quelconque intérêt.
    Le traitement de l'œdème et de la nécrose sera de préférence médical jusqu'à la stabilisation des lésions. Un bain biquotidien de la plaie dans une solution tiède de dakin ou d'eau savonneuse préviendra une surinfection. Au cours des 24 ou 48 premières heures, il pourra être nécessaire d'avoir recours à une analgésie par bloc tronculaire à la xylocaïne qui aura, de plus, un effet anti-inflammatoire. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, piroxicam), en tenant éventuellement compte des contre-indications hématologiques, prendront le relais. Les interventions chirurgicales précoces, souvent itératives, sont sources de complications hémorragiques et septiques. Dans la majorité des cas, elles devront être complétées par une chirurgie de propreté. Même un œdème monstrueux ne justifie pas, à lui seul, un débridement ou une incision de décharge. En l'absence de mesure des pressions intracompartimentales, qui pourrait conduire à poser l'indication d'une intervention rapide, la tendance actuelle est à l'expectative armée. Les excisions des tissus nécrosés ne sont d'aucun bénéfice tant que les lésions ne sont pas stabilisées et l'inflammation parfaitement contrôlée. En revanche, après quelques jours, lorsque l'état local le permet, la chirurgie retrouve sa place pour permettre le nettoyage de la plaie et établir le bilan fonctionnel. La littérature cite quelques cas dont l'arrivée tardive au poste médical a nécessité l'amputation en urgence d'un membre nécrosé ou gangrené mettant en jeu le pronostic vital (Chippaux et al., 1961 ; Pugh & Theakston, 1987b).

    Traitements des complications

    En dehors de la nécrose, dont le traitement a été envisagé plus haut, les deux principales complications survenant au décours d'une envenimation vipérine sont l'hémorragie cérébro-méningée, cause probable d'une grande partie des décès, et l'insuffisance rénale.
    La première, difficilement évitable si l'on ne peut convenablement traiter le syndrome hémorragique initial, pourra bénéficier d'une corticothérapie associée à du manitol.
    La seconde peut être prévenue par la relance précoce de la diurèse et son maintien, autour de 50 ml par heure, pendant toute la durée de l'envenimation. La recherche régulière d'une protéinurie et d'une hématurie microscopique est indispensable. Le traitement de l'insuffisance rénale relève d'une dialyse péritonéale d'autant plus efficace qu'elle sera précoce.
    Dans tous les cas, il convient d'assurer une diurèse forcée pour permettre l'élimination des complexes immunologiques et des toxiques.


    Immunothérapie

    L'immunothérapie, naguère appelée sérothérapie, demeure l'unique thérapeutique spécifique de l'envenimation ophidienne. Ses indications sont précises et nous avons récemment rappelé son mode d'emploi en détail (Chippaux & Goyffon, 1998). Le contexte particulier que l'on connaît en Afrique, faibles revenus de la population et climat chaud, a limité la disponibilité des sérums antivenimeux à la fois chers et thermolabiles. Le développement de l'immunothérapie en Afrique, indispensable en raison de la fréquence des envenimations et de l'absence d'autres recours thérapeutiques efficaces, reste une préoccupation (Chippaux, 1998b). L'utilisation de l'immunothérapie est conditionnée par l'observation de signes patents d'envenimation. Il ne peut donc s'agir d'une précaution systématique, comme cela se ferait pour la prévention du tétanos ou de la rage. Le sérum doit être injecté par voie veineuse et en quantité suffisante. Les posologies dépendent uniquement de la dose de venin inoculée, donc de la symptomatologie et de son évolution. Selon l'état de la victime et le délai séparant la morsure du traitement, 20 ml de sérum en perfusion ou en intraveineuse directe sont recommandés en première intention. Un examen biologique (test de coagulation sur tube sec) et clinique sera effectué une à deux heures plus tard puis toutes les 4 à 6 heures. En fonction de la réponse clinique et des résultats biologiques, cette thérapeutique pourra être renouvelée au cours des heures et des jours qui suivent, jusqu'à la fin de l'envenimation systémique. Celle-ci est marquée par une respiration normale dans les envenimations cobraïques ou la formation d'un caillot stable en moins de quinze minutes dans les envenimations vipérines. Certaines envenimations peuvent nécessiter jusqu'à 100 ml de sérum, voire plus, avec des succès justifiant, a posteriori, l'acharnement.
    Les anticorps, en se fixant sur les protéines du venin présentes dans l'organisme,empêchant ainsi cette dernière d'agir (c'est à dire qu'elle ne pourra plus se fixer sur un récepteur dans le cas d'une toxine ou se fixer sur son substrat dans le cas d'une enzyme). Ensuite, les protéines ayant une durée de vie limitée, elles finissent par se dégrader. . Les toxines constituent, en principe, des cibles plus rapidement maîtrisées que les enzymes souvent moins immunogènes. Toutefois, les syndromes hémorragiques et même la nécrose peuvent bénéficier de la sérothérapie. Celle-ci devra être entreprise quel que soit le délai séparant la morsure de l'arrivée au poste de santé.
    L'immunothérapie qui bénéficie de nouveaux perfectionnements techniques pour assurer la purification du sérum de cheval est actuellement remarquablement tolérée et sa mauvaise réputation n'est plus justifiée (Chippaux et al., 1998).

    merci a Thaicobrakeeper pour ces dernier conseils

    Un detail important a savoir:

    Quelle est la premiere chose a faire,quand on se fait mordre par un venimeux?
    (Eviter la panique)

    La panique est la premiere chose qui te tue de facon quasi certaine.
    Avec la panique,le venin neurotoxique,hemotoxique,cytotoxique circule plus rapidement dans le sang (organisme) et atteindra le coeur et le cerveau de facon foudroyant.

    Faire un bandage pas serre sur la plaie infectee,ce qui permet de ralentir la circulation du sang.
    Eviter de placer le patient dans un endroit plus froid,ceci peut provoquer un choc au patient.


    Si tu applique ces conseilles a la lettre,tu as de grand chance de t'en sortir,le cas contraire c'est le coma jusqu'a ce que mort s'ensuive!
    Revenir en haut Aller en bas
    Johannes



    Masculin Messages : 29
    Date d'inscription : 31/08/2011
    Localisation : Nord est

    MessageSujet: Re: traitement des morsures   Mar 15 Nov - 0:37

    Pour ma part la première chose à faire en cas de morsure est de remettre le serpent dans son terrarium et de le fermer à clé.

    Mais bien entendu, éviter de paniquer est important également. bien que pas toujours facile !
    Revenir en haut Aller en bas
    fred007



    Masculin Messages : 87
    Date d'inscription : 31/08/2011
    Localisation : belgique

    MessageSujet: Re: traitement des morsures   Mar 15 Nov - 7:33

    la panique, surtout quand les premiers effets apparaissent
    Revenir en haut Aller en bas
    benji63
    Fondateur
    Fondateur


    Masculin Messages : 712
    Date d'inscription : 16/06/2011
    Age : 44
    Localisation : france

    MessageSujet: Re: traitement des morsures   Mar 15 Nov - 9:44

    ces claire si tu veux je rajoute ton commentaire en précisant qu'il vient de toi
    Revenir en haut Aller en bas
    fred007



    Masculin Messages : 87
    Date d'inscription : 31/08/2011
    Localisation : belgique

    MessageSujet: Re: traitement des morsures   Mar 15 Nov - 10:39

    Ce qui est primordial pour moi est de s'être préparé le mieux possible à l'éventualité d'une morsure:
    cela comporte énormément de lecture, un dossier pour chaque espèces reprenant les symptômes, la disponibilité des sérums, avertir les secours pour ne pas qu'il soit pris au dépourvu,sans oublier que chaque personne peur réagir différement aux venins..........
    On parle de risquer sa vie et il est normal de faire tout pour se protéger et protéger les autres.
    Et malgré tout, des herpétologues connus décèdent chaque année car le risque est présent à chaque seconde, ce n'est pas dix minutes de risque ms des années de risques maximum à chaque opération ds le terra.
    Enfin, on doit tout d'abord tout apprendre pour diminué le risque de morsure au maximum et être préparé autant qu'on le peut à cette éventualité.
    Revenir en haut Aller en bas
    Contenu sponsorisé




    MessageSujet: Re: traitement des morsures   Aujourd'hui à 5:54

    Revenir en haut Aller en bas
     
    traitement des morsures
    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » Nouveau traitement anti-venin contre les morsures de serpent
    » Traitement Pourriture des nageoires
    » Traitement de parasites intestinaux en bac communautaire
    » MORT de mes poissons suite à traitement avec EKTOL de JBL , POURQUOI ??
    » Traitement au sel + bâche à bulles

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    World of Reptiles :: Tout sur les Venimeux....-
    Sauter vers: